Atalanta : le chant du départ de Papu Gomez?

Mardi matin la Gazzetta dello Sport titrait Papu ne danse plus. En revanche, il chante toujours. Et il l’a montré dès le lendemain. L’idylle entre Papu Gomez et la Dea touche à sa fin. Le capitaine et symbole de l’Atalanta devrait quitter Bergame dès cet hiver. Une secousse dans le quotidien tranquille du club. 

Lundi 14 décembre, l’Argentin a publié un message sur Instagram : « Chers fans de l’Atalanta, je vous écris parce que je n’ai aucun moyen de me défendre et de vous parler. Je voulais juste vous dire que quand je partirai, vous saurez toute la vérité, a-t-il lâché sur Instagram. Vous me connaissez et vous savez qui je suis. Je vous aime. Votre capitaine. »

Son entraîneur a régulièrement dégagé en touche, se concentrant sur « le bien de l’équipe ». Ses partenaires paraissent aussi gênés par le sujet, comme Pierluigi Gollini, qui a glissé « j’espère qu’il restera notre capitaine mais c’est le club qui décidera. » Une gêne accrue depuis ce mercredi 16 décembre. Papu Gomez, remplaçant, a été vu en train de cantonné l’hymne de la Juventus avant la rencontre, affichant un grand sourire à côté de Muriel. Simple blague entre partenaires? Possible. Mais la polémique est tout de suite partie, notamment sur les réseaux sociaux où certains tifosi de l’Atalanta n’ont pas été tendres avec leur capitaine, voyant un manque de respect ou un message indirect…

Pour le moment, personne ne connaît cette « vérité » évoquée par Gomez. Des indices ont été publiés par la presse italienne sur cette rupture entre le joueur et son club, ou plutôt avec son entraîneur. Gomez, à l’Atalanta depuis 2014 (en provenance de Metalist), a grandi sous les ordres de Gasperini, arrivé en Lombardie en 2016.

Gomez est d’ailleurs le joueur le plus utilisé par « Gasp » à l’Atalanta (191 matches au 17 décembre 2020) et le deuxième de sa carrière (derrière Juric, 214 matches à Crotone et Genoa). Il est le troisième meilleur buteur (49) derrière Ilicic (55) et Zapata (52) et le meilleur passeur (57) de l’historique de l’entraîneur.

Juste un problème tactique ?

Certes, la relation n’a pas toujours été une valse. Après des tensions en octobre, la rupture serait intervenue le 1er décembre durant le match de Ligue des Champions contre Midtjylland (1-1). Selon la presse italienne le numéro 10 aurait refusé les consignes tactiques de son entraîneur alors que l’équipe était menée 1-0 à domicile. Le ton serait monté, jusqu’au « contact physique » à la mi-temps. Et Alejandro (oui, « il Papu » est un surnom) Gomez fut remplacé » à la pause. Puis il ne fut pas convoqué lors du match suivant contre Udinese, finalement reporté à cause de fortes pluies. S’il a disputé la partie décisive et qualificative pour les 8es de finale de C1 contre l’Ajax (1-0), le capitaine est resté sur le banc contre la Fiorentina (3-0). 

Et ce mercredi lors du choc contre la Juventus (1-1), il était encore remplaçant. Cette fois, il est rentré dès la 54e minute mais sa bonne prestation a été éclipsée par ce chant d’avant-match. Et l’après-match de la Dea, qui a secouée la Juve, s’est davantage concentré sur ces brèves images.

Alors que l’Atalanta souffre depuis quelques semaines dans l’intensité, ne parvient plus toujours à être ce bloc compact et agressif qui étouffe ses adversaires, Gasperini souhaitait réduire le champ d’action de son capitaine, qu’il soit plus proche de la surface et non plus derrière les deux attaquants ce qui n’a pas plu à l’international Argentin. Le rôle grandissant en sélection et les années qui passent auraient en partie motivé le technicien à entreprendre cette évolution du périmètre du numéro 10. D’autant que son ami Josip Ilicic peine à retrouver son influence après un été compliqué sur le plan personnel l’ayant éloigné de Bergame. Le trio complété par Zapata n’avait plus la même efficacité en ce début de saison et n’a d’ailleurs que rarement été aligné d’entrée et n’a pas connu la victoire (défaites contre Napoli 4-1 et Verona 2-0, nul contre lo Spezia 0-0 en Serie A ; nul contre l’Ajax 2-2, revers contre Liverpool 0-5 en C1). Ainsi, Malinovskyi, Pessina, Lammers et Mirantchouk s’installent progressivement dans l’équipe et incarnent l’avenir offensif.

« Une divergence qui n’a pas trouvé un point d’accord », expliquait la Gazzetta mardi, jusqu’à l’accrochage le 1er décembre. La goutte d’eau sans doute qui a fait déborder le vase. Jusqu’à le faire tomber et le briser. Peut-il être réparé. Cela semble compliqué. Gasperini, refuse « de parler d’un seul joueur par respect pour les autres » et plaide pour une équipe « avec moins de fantaisies mais plus équilibrée ». Le collectif avant l’individualité, la continuité de l’institution avant les désirs d’une personnalité.

Un avenir en Italie?

Papu Gomez qui a dépassé les 250 matches en nerazzurro voudrait rester en Europe, si possible en Italie. Milan, la Roma et l’Inter suivraient l’évolution pour janvier selon la Gazzetta dello Sport, alors que le PSG aurait en Di Maria, son compère en Albiceleste, un intermédiaire de choix. L’agent de l’Argentin doit s’entretenir avec la direction du club prochainement et tentera d’obtenir du président Percassi un départ gratuit, pour service rendu, alors que le joueur de 32 ans, est sous contrat jusqu’en 2023 avec le plus gros salaire de l’effectif (2 millions d’euros par an, loin des rémunérations des cadres des grosses formations italiennes).

Au-delà d’un énième transfert en prévision sur la planète foot, Gomez semblait lié à la Dea. Si Zapata, De Roon, Gosens, Ilicic ont aussi été déterminants, il était le symbole de l’Atalanta qui regarde les grands d’Italie et d’Europe dans les yeux. De ce calcio orphelin des Totti, Maldini, Zanetti, c’est une bandiera de l’air moderne qui est sur le point de tomber… Ça ne donne pas envie de danser et encore moins de chanter…

2 réflexions au sujet de « Atalanta : le chant du départ de Papu Gomez? »

  1. Ce qui arrive est dommage ,mais l’institution du club doit passer avant le joueur.
    Papou Gomes (super joueur aujourd’hui) doit beaucoup a l’Atalanta et surtout a Gapserini qui l’a façonné petit a petit a l’image de son équipe.
    Le « Gasp » a expliqué depuis un petit moment que « Papu » ne pouvais plus seul pendant 90 minutes faire tout les effort que demande son jeux et que lui (Gasperini) pensait petit a petit a l’avenir de l’équipe, ce qui est logique pour un Coatch digne de se nom.

    j’ai bien aimé l’intervention de Cassano dans la Gazzeta.it (pourtant sacré tète brulé) qui explique bien l’apport du Gasp pour Papu et que le club doit passer avant ses enveis.

    les amours finissent mal en générale.

    Aimé par 1 personne

Répondre à luciano Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s